Isoetes lacustris

Isoetes Lacustris

 

Critères de reconnaissance

 

Plante entièrement submergée, haute de 20 cm
Feuilles longues de 8 à 18 cm et larges de 0,3 à 0,6 cm
Feuilles partent toutes de la base de la plante
Absence de fleurs

 

 

 

Lake quillwort, quillwort (GB), Calamaria lacustre (I), See-Brachsenkraut (D), Grote biesvaren (NL)

 

Distribution

 

Cette plante est présente dans les lacs des régions froides et tempérées de l'hémisphère nord : États-Unis (du Maine au Wisconsin), Canada (Labrador, Québec, Ontario), Groenland, Islande, Norvège, Suède, Finlande, nord de la Russie, Danemark, nord de l'Allemagne et de la Pologne, Suisse, îles Britanniques et Pays-Bas.
En France, on peut la trouver dans le Massif central (du nord de la Lozère au Puy-de-Dôme), les Pyrénées (limite sud de cette espèce) ainsi que dans le Morvan et les Vosges (lac de Gérardmer).

 

Biotope

 

Isoetes lacustris pousse près de la surface, de 0,5 à 5 m de profondeur, de préférence dans des eaux froides, acides et peu turbides. En France, on ne la trouve que dans des lacs situés entre 600 et 2300 m d'altitude (espèce relique des périodes de glaciation) alors qu'en Europe du Nord, elle est fréquente en plaine et parfois présente en eau courante.

 

Description

 

L'isoète des lacs est une plante entièrement submergée, haute de 20 cm (maximum 40 cm).
Ses feuilles sont longues de 8 à 18 cm et larges de 0,3 à 0,6 cm. De couleur vert foncé, elles sont dressées, rigides et cassantes. Elles partent toutes de la base de la plante. Elles ont une section semi-cylindrique, des lacunes aérifères* et leur base engainante porte une petite ligule* peu visible (voir planche naturaliste). Elles persistent plusieurs années, ce qui est à l'origine du nom scientifique de la plante.
Il n'y a pas de fleurs.
I. lacustris forme des colonies, voire des herbiers

 

Espèces ressemblantes

 

Isoetes echinospora, isoète à spores spinuleuses : ses feuilles sont vert clair et souples alors que celles de I. lacustris sont vert foncé et raides.

Litorella uniflora, littorelle à une fleur : la confusion est possible à l'état végétatif sinon la présence de fleurs permet aisément de faire la distinction ; elle pousse dans les zones inondables plutôt que dans celles immergées en permanence.

Lobelia dortmanna, lobélie de Dortmann : la confusion est possible à l'état végétatif sinon la présence de fleurs au bout d'une tige nue pouvant atteindre 70 cm, permet aisément de faire la distinction ; d'origine subtropicale, elle préfère le climat des côtes de l'océan Atlantique.

 

Pour de plus amples informations

 

 

COROLLA Jean-Pierre, KUPFER Michel, DORIS, 23/3/2014 : Isoetes lacustris L., 

http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=3346


Réagir

CAPTCHA